Exposition « les Jours sans », jusqu’au 28 janvier

0

De 1939 à 1949, les Français furent soumis à un système organisé de restrictions alimentaires qui devait profondément marquer les mémoires et les comportements face à la nourriture. Pour les contemporains un souvenir domine : la faim, le manque, la privation. Un vécu qui résonne encore, et de multiples façons, au sein des familles et de l’inconscient collectif. Conçue par le CHRD de Lyon, l’exposition Les Jours Sans opère une plongée dans le quotidien des Français durant et après la Seconde Guerre mondiale et traite différentes problématiques : comment faire face non seulement aux drames et tragédies de la guerre, à l’humiliation de la défaite mais aussi aux pénuries de toutes sortes, aux prélèvements massifs de l’occupant, à la désorganisation de l’économie dans un pays qui vient à manquer de tout ? Quelles furent les stratégies de survie ? Quels furent les comportements ? Quels furent les effets, réels et symboliques, de la privation de nourriture à l’échelle d’une société ? Durant la guerre, le manque endémique de nourriture est douloureusement perçu par la population, notamment urbaine, qui avait acquis dans l’entre-deux guerres un niveau de vie acceptable. Les Français sont, pour reprendre l’expression de l’historienne Dominique Veillon, totalement « submergés par les soucis quotidiens ». Dès le début du conflit, des cartes d’alimentation sont mises en place pour répartir au mieux les denrées. Au fil des mois, la plupart des produits sont soumis aux restrictions et les ménagères, qui passent en moyenne quatre heures par jour en 1942 dans les files d’attente, sont confrontées aux étals presque vides des commerçants. Face aux pénuries de toutes natures, aux prélèvements massifs de l’occupant, à la désorganisation de l’économie, les inégalités sont nombreuses et la population diversement touchée : selon que l’on soit riche ou pauvre, que l’on ait ou non accès au marché noir, que l’on ait ou non de la famille à la campagne, etc. L’exposition opère un focus sur Lyon, ville refuge pendant la guerre où la question du ravitaillement devient rapidement problématique en raison de l’augmentation de sa population. Sa scénographie offre un effet d’immersion avec la présentation de collections privées et publiques, d’archives, complétées par une riche documentation iconographique. L’expérience de visite permet d’acquérir des connaissances historiques sur le sujet, traité dans toutes ses composantes, et de solliciter la mémoire individuelle et familiale des visiteurs. Les Jours Sans est conçue à la suite de l’exposition Pour vous, Mesdames ! qui abordait en 2013 un autre thème de la vie quotidienne en temps de guerre : le vêtement et la mode. Elle s’appuie sur un comité scientifique réunissant des historiens et des chercheurs spécialistes du sujet.

Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation

 Espace Berthelot – 14 avenue Berthelot – Lyon 7e

 Métro : Jean Macé / Tram : Centre Berthelot

 du mercredi au dimanche de 10h00 à 18h00

Share.

Leave A Reply