Le Prix Liliane Bettencourt récompense les savoir-faire d’exception

0

Le Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main® a été remis par sa présidente, Françoise Bettencourt Meyers, salle Wagram, à Paris, le jeudi 11 octobre devant plus de 700 invités parmi lesquels figuraient de nombreuses personnalités du design, de la culture et de l’artisanat d’art. « Je suis fière que notre Fondation ait amplifié son engagement pour les métiers d’art » a déclaré Françoise Bettencourt Meyers, Présidente de la Fondation Bettencourt Schueller. « Notre ligne est claire : faire notre possible pour accompagner ces hommes et ces femmes sur leur chemin, faire grandir ces talents français, faire briller ces beaux exemples, porteurs de tant de valeurs humaines, en pensant à la jeunesse. Nous sommes là pour les encourager. »

LES LAUREATS 2018 :

Créé pour valoriser les métiers d’art et contribuer à leur rayonnement, ce concours ouvert aux professionnels identifie chaque année de nouveaux talents grâce à une sélection réalisée par des comités d’experts et un jury indépendant. Alliant une dotation financière importante et un accompagnement humain sur le long terme, le Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main® est un label d’excellence unique en Europe, un véritable tremplin de carrière. Depuis sa création en 1999, le Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main® a récompensé et accompagné 105 lauréats représentant 50 savoir-faire d’exception. « L’artisan d’art vit une relation globale à l’histoire dont il est l’héritier et l’avant-garde, a rappelé Jean de Loisy, président du jury. Le soin, la lenteur du métier, la relation avec le matériau oblige à une véritable sincérité. L’artisan d’art ne peut faire illusion car l’exécution ne ment pas. Il reprend des gestes du passé, les fait évoluer et les transmet. »

En commentant l’œuvre « Black Ocean », l’œuvre lauréate de la récompense Talents d’exception, le créateur de mode Rabih Kayrouz, membre du jury et créateur de mode a déclaré « Le jury a été particulièrement touché de voir un jeune qui débute et qui est aussi passionné par son métier qu’engagé en faveur de la transmission de son métier».

Pour finir, Lina Ghotmeh, architecte, membre du jury, et architecte a présenté avec enthousiasme le haut-parleur « Vertex Eidôlon », l’œuvre lauréate de la récompense Dialogues : « Penser les métiers d’art c’est aussi laisser place à l’émotion, dans l’architecture. Nous partageons cet amour du travail de la matière et du savoir-faire. »

Share.

Leave A Reply