Olivier Salaun évincé du groupe PSB Industries, leader mondial de l’emballage cosmétique (Source : Les Échos)

0

«  Avec Olivier Salaun, le groupe allait peser 1 milliard, tout allait très vite. » Ce commentaire d’une source proche du dossier explique sans doute en partie, pourquoi François-Xavier Entremont, actionnaire majoritaire du groupe PSB avec 25,20 % du capital, s’est installé dans le fauteuil de pdg de PSB Industries, à la place d’Olivier Salaun. Un communiqué de presse explique qu’à l’issue du dernier conseil d’administration, François-Xavier Entremont déclarait :« Actionnaire familial du Groupe PSB Industries depuis plusieurs décennies et membre du conseil d’administration depuis 2010, je me réjouis de contribuer à une nouvelle étape du développement du groupe. […] . Je tiens également à remercier Olivier Salaun pour son action. » Nommé président de PSB Industries en octobre 2012, ce dernier avait affiché très vite sa volonté de le faire «  passer d’un statut de holding financier à celui de groupe global et intégré. » Définie dans le cadre du plan Ambition 2020, cette stratégie visait à faire de PSB Industries, groupe spécialisé dans l’emballage et la chimie de spécialités et numéro quatre mondial de l’injection plastique pour l’emballage cosmétique-parfumerie, le numéro un sur le marché luxe & beauté.

Selon nos sources (Les Échos), Olivier Salaun a changé la nature de l’entreprise et en a fait un groupe international. Il a mené une politique de croissance avec trois acquisitions : la société américaine C + N Packaging Corporation (injection plastique et métallisation), Plastibell, une société de l’Ain, spécialisée dans l’injection plastique pour le marché de la santé, et enfin une autre société américaine Topline Products, qui en 2016 rejoint le pôle luxe & beauté de PSB sous la marque Texen. Avec ses 500 collaborateurs, Topline installe PSB à l’international avec ses trois sites industriels (Etats-Unis, Mexique et Chine). Le CAdu groupe PSB a été multiplié par deux, passant de 218 millions d’euros en 2012 à 377 millions en 2016 dont plus de 60 % à l’international, avec des sites de production en France, aux Etats-Unis, en Pologne, au Japon, en Chine et au Mexique.

 

Share.

Leave A Reply