Pour ses 25 ans, Cosmetic Valley décerne ses prix à une équipe japonaise et à une équipe belge

0

Alors que la COSMETIC VALLEY fêtait à la fois ses 25 ans et sa quatrième labellisation par l’État, comme coordinateur national de la filière cosmétique, dont il demeure le seul et unique pôle de compétitivité, la quatrième édition du concours « THE COSMETIC VICTORIES » s’est déroulée de 15 heures à 19 heures, à Bercy, dans les salons de l’Hôtel des Ministres, sous le haut patronage du ministre de l’Economie et des Finances, M. Bruno Le Maire et en présence de la Secrétaire d’État, Mme Agnès Pannier-Runacher qui a souhaité rassurer les 200 industriels présents en les assurant que les FUI qui financent leurs projets coopératifs seront abondés en septembre, que le pôle et Business France devaient étudier les moyens d’une coopération intelligente pour accompagner les PME du secteur à l’export et que la cosmétique française méritait un label French Tech.

Comme lors de son salon COSMETIC 360 (dont la 5e édition aura lieu les 16 et 17 octobre prochain au Carrousel du Louvre), COSMETIC VALLEY y a, une fois encore, donné de l’élan aux talents créatifs de demain. Le concours THE COSMETIC VICTORIES s’est, en effet, donné le triple objectif de détecter et révéler les jeunes pousses innovantes, soutenir leurs projets et favoriser la recherche et la science dans le domaine des parfums et des cosmétiques, sous un angle scientifique et universitaire.

Issus des 90 projets provenant de 14 pays, les deux lauréats du prix fondé par la COSMETIC VALLEY Valley et l’ESSEC, ont été désignés pour les solutions à la fois innovantes et concrètes qu’ils apportaient la parfumerie cosmétique. Le Prix Académique (recherche fondamentale) a été décerné à Mme Kie NAKASHIMA, de l’Université d’Osaka au Japon, pour le projet de nouvelle génération d’anti-transpirant (par hypnose des glandes de sudation). Le Prix Industriel (recherche appliquée) est pour sa part allé à la société bruxelloise CHEMCOM pour son projet de mécanisme artificiel (à travers les capteurs olfactifs répartis sur tout le corps) permettant bronzage ou dépigmentation cutanée.

Ouvert aux porteurs des projets cosmétiques les plus modernes, les plus originaux, ce concours unique en son genre tire sa légitimité d’un processus de sélection particulièrement exigeant qui fait intervenir les filtres de plusieurs collèges d’experts internationaux de haut niveau. Le jury final sous la co-présidence de la journaliste de France Télévision Laurence Dorhlac et du secrétaire Général du Groupe LVMH, Marc-Antoine Jamet, président de la COSMETIC VALLEY réunissait des professionnels représentants de PME,  grands groupes, Maisons de niche et start-up , français et internationaux venus de l’Oréal, LVMH, Rodan & Fields, Nuxe, Guerlain, Yves Rocher, Coty, Sisley, Alexandra Jubé, Officine Universelle Buly, mais aussi des experts de la Société Française de cosmétologie et de la société française des pârfumeurs, de la BPI, de la DGE et du CNRS autour des deux membres fondateurs du Prix, COSMETIC VALLEY et ESSEC.

Les deux projets primés bénéficieront d’une dotation financière de 10k€ chacun et d’un accompagnement du pôle COSMETIC VALLEY qui se concrétisera, notamment, par l’appui de la plateforme Cosmet’up, dédiée à l’accélération des projets innovants de la filière parfumerie-cosmétique, ainsi que d’un pack visibilité comprenant une couverture médiatique nationale et internationale. Marc-Antoine Jamet a rappelé les performances d’un secteur qui avec 3200 entreprises mobilise 240.000 salariés et 8.000 chercheurs, réalise un chiffre d’affaires de 45 Mds d’€, des exportations de 14 Mds d’€, un solde positif de 112 Mds d’€, le second de notre balance commerciale, consacre 650 million d’€ à la recherche chaque année et paye 11 Mds d’€ d’impôts en France.

La cérémonie était dédiée à Marie-Alice DIBON, membre du jury l’année précédente et décédée tragiquement en avril dernier à l’âge de 53 ans. Elle était spécialiste du microbiote cutané et fondatrice et présidente d’Alice Communications Inc.

Share.

Leave A Reply